Les lavoirs de Coeuve

 

Les lavoirs de Coeuve figurent à l’inventaire des monuments historique de la confédération. Ils datent de la fin du 19ème siècle.

Leur restauration se termine en 1999 et la même année, il servent alors de décor à un spectacle intitulé les Echaipouses de Tieuve (Les lavandière de Coeuve).


Dans la foulé, une association qui porte le même nom est crée. Elle vise la promotion d’activité culturelle et favorise aussi la collaboration sur le plan local.

 

Le défi d'un village : Revivre une époque

Le vécu des hommes et des femmes du village de Coeuve en l'en 1900.

Pour fêter le centenaire du lavoir des Coeuve, les lavandières ont fouillé dans leurs souvenirs: la "sorcière" qui montrait ses mollets, la mariée qui était en noir, les bisbilles familiales et politiques...
A Coeuve un nouveau conte s'est écrit pour le troisième millénaire, celui d'une population qui a appris à se parler, à se retrouver, à s'aimer, au-delà des étiquettes politiques, d'Internet et des téléphones portables.

Comme le XXIe siècle est aux portes de Coeuve et qu'il est question des lavoirs, l'idée s'impose : "Parlons des femmes qui ont aujourd'hui leur mot à dire. Mais comment vivaient-elles à la fin du siècle précédent? Quelle était leur condition à l'époque?"

Assez spontanément, un groupe d'écriture se forme, strictement féminin et interdit aux hommes. Ces dames, les jeunes et les moins jeunes se retrouvent durant des mois, sous les pâles rayons de la pleine lune. Et alors les langues se délient... les secrets sont divulgués.

A partir de ce groupe d'écriture, on décide de faire un théâtre sans lever de rideau, mais en plein air. Chacun jouera le rôle d'un citoyen de Coeuve au début du XXe siècle.